Ulric Neisser (Ed.), The perceived self. Ecological and intersonal sources of self-knowledge, (colloque), Cambridge University Press, 1993

  • Post author:
  • Post category:Risc

cote : PHI NEI 2096 – version anglaise

Ce livre apporte différentes idées sur le problème classique du moi. La perception de soi, tant écologique que sociale, est la forme la plus ancienne et la plus fondamentale de la connaissance de soi. Dans son introduction, Ulric Neisser décrit le « moi écologique » comme étant basé sur une perception directe et réaliste de sa situation dans l’environnement ; le « moi interpersonnel » comme étant établi par l’interaction sociale avec d’autres personnes. Il affirme que ces deux « moi » apparaissent dès la petite enfance, bien avant qu’un concept ou un récit de soi ne soit possible. Dans les chapitres suivants, quinze contributeurs – psychologues, philosophes et autres – développent ces notions et introduisent leurs propres idées sur le sujet. Leurs sujets vont du développement perceptuel et social des nourrissons à l’autisme et à la cécité, des mécanismes de contrôle moteur à la danse et à la communication non verbale. Les contributions combinées de ces personnalités créent une synthèse inhabituelle de la théorie perceptuelle, sociale et du développement.